Comment faire des économies sur son assurance vie ?

En raison de sa fiscalité avantageuse, l’assurance vie est un des placements privilégiés des Français.

C’est une manière d’épargner en douceur, tout en gardant la possibilité de récupérer tout ou partie de ses fonds en cas de besoin.

Pour réaliser des économies sur votre assurance vie, nous vous invitons à prendre en compte les six conseils suivants.

Choisir la gestion de votre contrat d’assurance vie

Il existe trois types de gestion pour une assurance vie :

  1. la gestion libre
  2. la gestion pilotée
  3. la gestion sous mandat

La gestion libre est celle qui limite au maximum l’ensemble des frais qui sont attachés à une assurance vie.

Cependant, avant de faire votre choix, il est important de bien déterminer votre profil d’épargnant.

Si vous êtes un investisseur aguerri, avec un tempérament plutôt audacieux, des connaissances suffisantes en informatique et du temps, vous pourrez privilégier la gestion directe de votre assurance vie multisupport.

Cette solution vous permettra de réaliser des économies, mais en contrepartie vous prendrez plus de risques.

Ce mode de gestion nécessite en effet une grande vigilance pour être en mesure de réagir vite face à toutes les fluctuations des marchés.

Faire jouer la concurrence sur les frais inhérents à un contrat d’assurance vie

Les frais d’adhésion et les frais de versement cumulés ont une limite maximum de 5 % annuels.

Tous les assureurs ne facturent pas de frais d’adhésion. Les frais de versement sont prélevés sur chaque somme versée. C’est pourquoi ils doivent être examinés avec la plus grande attention.

Il est souvent préférable de payer quelques dizaines d’euros pour frais de dossier, mais de profiter en même temps d’un pourcentage réduit pour les frais de versement. En choisissant un contrat avec des frais de versement réduits, vous réaliserez une belle économie.

Viennent ensuite les frais de gestion qui sont prélevés une fois par an sur la totalité de votre épargne. Ils oscillent en moyenne entre 0,70 % et 0,80 %. Enfin pour les contrats multisupports, vous devrez acquitter des frais d’arbitrage.

On constate ainsi que les frais liés à un contrat assurance vie sont nombreux et de nature diverse. Pour faire des économies, il faut bien étudier le contrat d’assurance vie qui vous est proposé avant de vous engager.

Utiliser les comparateurs de prix

Devant la multitude des frais qui risquent de diminuer sérieusement le rendement de votre épargne si vous n’y prenez pas garde, il est vivement conseillé d’utiliser un comparateur d’assurance vie sur internet tels que InfoPrimes pour exemple.

Vous verrez d’un seul coup d’œil les différentes conditions appliquées par les assureurs pour des contrats d’assurance vie.

Vous constaterez alors que les assureurs en ligne peuvent vous proposer des contrats avec des frais nettement moins élevés et même pour certains inexistants, comme les frais d’entrée et les frais de versement.

Ainsi le montant global des frais peut tourner autour des 2 % au lieu des 5 % pratiqués par les assureurs traditionnels.

Cela s’explique par le fait que leur structure et leur fonctionnement sont moins lourds. Ils n’ont pas de local pour recevoir la clientèle et moins de personnel.

Ouvrir un contrat assurance vie le plus tôt possible

Contrairement aux idées reçues, un contrat d’assurance vie peut être ouvert même si vous n’avez pas actuellement les revenus suffisants pour épargner. Il est d’ailleurs vivement conseillé d’ouvrir ce contrat le plus tôt possible, avec un versement minime.

De plus, votre épargne reste toujours accessible en cas de besoin, car les sommes que vous versez sur un contrat d’assurance vie ne sont pas bloquées. Vous pouvez donc en disposer à tout moment.

Une fois ouvert, vous n’êtes pas tenu d’effectuer des versements réguliers. Vous l’alimentez lorsque vous en avez les moyens (une rentrée d’argent inattendue, des économies réalisées sur quelques mois…).

Vous pouvez aussi rester plusieurs mois voire des années sans rien déposer sur votre contrat, il restera valide.

Le point important à retenir c’est que vous aurez débuté le compte à rebours des huit années de détention pour bénéficier d’une exonération fiscale sur les plus-values, la date retenue pour le décompte de ce délai étant celle de l’ouverture du contrat.

Enfin, il faut savoir que tant que vous n’effectuez pas de rachat, vous n’avez rien à déclarer ni à payer.

Bien choisir ses placements

La meilleure façon d’économiser de l’argent, c’est déjà de ne pas en perdre. En choisissant un fonds euros à capital garanti, vous constaterez que votre épargne grossit petit à petit et surtout vous ne risquez pas de la voir fondre !

Par contre, pour ceux qui souhaitent obtenir un meilleur rendement et qui ont une appétence prononcée pour le risque, les fonds en unités de compte (UC) sont plus attractifs.

Préférez les avances aux rachats partiels

Si vous souhaitez profiter de l’imposition la plus favorable, il est certain qu’il est préférable d’attendre que votre contrat ait atteint ses 8 ans d’ouverture. Vous bénéficierez d’un abattement conséquent, seuls les prélèvements sociaux (CSG, CRDS et prélèvement de solidarité) resteront dus.

L’épargne sur un contrat assurance vie présentant l’avantage de ne pas bloquer vos fonds, vous pourrez retirer les sommes qui vous sont nécessaires. Ainsi, si vous avez un besoin de liquidités, trois solutions s’offrent à vous : le rachat total, le rachat partiel ou la demande d’une avance.

Si vous choisissez le rachat total pour récupérer l’intégralité de votre capital et des intérêts, cela entraînera la clôture de votre contrat assurance vie.

Pour obtenir un rachat partiel, il vous suffira d’indiquer le montant que vous souhaitez retirer ainsi que les supports financiers sur lesquels cette somme doit être prélevée (en cas d’assurance vie multisupport) ainsi que le type de fiscalité choisi. Cette solution a pour conséquence d’entamer votre capital.

Par contre, si votre besoin d’argent est temporaire, il est parfois plus intéressant de privilégier la demande d’avance plutôt que le rachat partiel. Dans ce cas, votre assureur vous consent un prêt in fine selon des conditions qui sont généralement précisées dans votre contrat assurance vie.

Même si le taux apparaît un peu élevé, il faut tenir compte du fait que votre épargne continue à être rémunérée et que vous échappez à la fiscalité des retraits.

Choisir la demande d’avance plutôt que le rachat partiel est donc une façon de faire des économies.

Et vous, qu'en pensez vous ?

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici